Alors que les beaux jours font leur retour, vous rêvez de parcourir les routes au guidon d’un superbe deux-roues. Mais avant cela, vous allez devoir obtenir votre permis ! Savez-vous qu’il existe quelques règles simples à mettre en œuvre pour maximiser vos chances d’y parvenir ?

Récoltez un maximum de renseignements avant de vous inscrire

Vous auriez tort de croire que, passer son permis moto, se résume à faire de longues balades en compagnie du moniteur ! Vous débuterez par des choses bien moins réjouissantes que cela, à l’image par exemple des séances sur un parking (ou une piste) à manœuvrer entre des plots. Notez également qu’il vous faudra travailler durant de longues heures pour maîtriser toutes les notions techniques et les règles du code de la route spécifiques à ce type de véhicule.

Restez déterminé

Certains apprenants peuvent parfois ressentir une baisse de motivation après quelques leçons. Ils ne constatent pas de progrès rapides ou ne supportent pas les séances sous le froid et la pluie. Cependant, vous devez apprendre à ne pas baisser les bras trop rapidement. Faites appel à votre détermination et à votre envie de réussite pour attendre votre but !

Fixez-vous un objectif

Il peut être intéressant de définir par vous-même la date à laquelle vous souhaitez terminer votre formation 2 roues. Vous aurez alors un objectif précis à atteindre. Vous devrez donc vous organiser en conséquence. Il vous faudra par exemple anticiper le délai nécessaire pour l’obtention du code. Cette date vous aidera également à conserver toute votre motivation !

Prenez le temps de sélectionner la moto-école

Vous auriez tort de croire qu’il suffit de s’adresser au premier professionnel venu pour avoir une garantie de succès. Gardez bien à l’esprit que toutes les moto-écoles ne se valent pas. Certaines n’ont pas assez de disponibilité, d’autres se servent de matériel ancien ou ne se montrent pas suffisamment pédagogue. Pour trouver la moto-école faite pour vous, n’hésitez pas à faire fonctionner le bouche à oreille. Il y a forcément quelqu’un dans votre entourage qui saura vous aider !

Prévoyez le budget nécessaire

Passez votre permis nécessite un certain budget. Vous devrez ainsi vous acquitter du montant des leçons obligatoires (8 heures pour le plateau et 12 heures sur route ouverte à la circulation) et certaines démarches administratives sont payantes également. Conservez un peu de marge de manœuvre financière si jamais vous pensez avoir besoin de leçons supplémentaires.

N’oubliez pas non plus de faire des économies pour acheter une moto, une fois votre permis en poche !

Ne vous trompez pas de permis !

Il n’est pas rare de voir des candidats s’inscrire au permis moto alors qu’ils ne désirent en réalité que conduire un scooter puissant. C’est totalement inutile, d’autant plus que le permis moto est bien plus compliqué que son homologue destiné aux scooters. Prenez le temps de la réflexion avant de vous engager !

Restez organisé

Faites des fiches pour mieux apprendre votre code. Relisez-les de préférence le soir lorsque vous êtes au calme de manière à les retenir plus aisément. Vous pouvez également visionner des vidéos sur Internet afin de bénéficier de conseils différents de ceux prodigués par le moniteur. Certaines vidéos vous détailleront même le contenu précis de l’épreuve qui vous attend le jour J !

Échangez avec les moniteurs

Vous ne devez jamais vous priver de poser une question au moniteur, peu importe que celle-ci vous paraisse idiote ou sans intérêt. Cela vous permettra dans le même temps, d’évaluer la compétence et la motivation du « professeur ». En instaurant de manière habituelle un dialogue entre vous, vous pourrez bien profiter de nombreuses astuces qui vous aideront à décrocher le précieux sésame.

Soyez disponible !

Passer un permis reste une activité chronophage. Vous devez en effet dégager du temps pour les cours, mais aussi pour les apprentissages personnels. Ce n’est pas toujours évident ! Vous devez aussi savoir que les examens se déroulent en pleine semaine. Par conséquent, il vous faudra parvenir à vous absenter durant une demi-journée au moins trois fois dans un court laps de temps. Ce sera sans doute plus simple si vous anticipez et si vous en parlez dès que possible à votre employeur.

Un échec est toujours possible

L’apprentissage n’est pas toujours synonyme de réussite au premier essai. Il faut parfois savoir prendre le temps pour parvenir à votre but ! Si vous trébuchez, ne soyez pas trop négatif. Analysez les raisons de cet échec de manière à ne pas les reproduire la prochaine fois !