Le Global Positionning System, ou GPS pour les intimes, est également appelé géolocalisation par satellite. Il trouve son origine en 1958, durant la Guerre Froide,  après le lancement du premier satellite conçu par l’homme : le Spoutnik. À la base, il est développé par le département de la défense américaine, donc spécifiquement pour une utilisation militaire. Le repérage et le guidage de leurs troupes sont son utilisé primaire. Mais très vite, de nombreux satellites sont mis en orbite, et le système GPS apparait sur le marché des civils. Son utilisation devient alors très variée et s’étend dans nombre de domaines de la vie quotidienne. Dorénavant, une multitude d’objets utilisés quotidiennement en sont équipés. Les téléphones cellulaires, certaines grandes marques de montre intelligentes ou « smart watch », les avions, les bateaux et mêmes les voitures en sont équipés, globalement appelés récepteurs GPS.

Fonctionnement général du GPS

Dans les débuts du GPS, l’armée américaine l’utilise dans un but stratégique, pour obtenir la position des véhicules de ses troupes, ou ceux de ses alliés. Il est alors possible de les guider précisément suivant un itinéraire voulu. Les missiles téléguidés sont aussi dirigés grâce au GPS. Le principe de fonctionnement du GPS à cette époque est relativement identique à celui d’aujourd’hui. Plusieurs satellites, généralement trois, entrent en jeu pour le repérage d’un récepteur GPS. Chacun de ses satellites indiquent la position du récepteur par rapport à lui-même. La position du récepteur dans l’espace est alors donnée, à une cinquantaine de mètres près. Cette aptitude du GPS au repérage lui fait qu’il soit aujourd’hui le moyen le plus fiable pour effectuer une géolocalisation de véhicule professionnel ou particulier. Mais comme pour le guidage de missiles, le GPS peut également être une bonne solution pour le guidage de véhicules ainsi que pour la cartographie. La combinaison de toutes ces possibilités permet alors d’avoir un système de navigation basé sur le GPS. Le site benomad.com offre une panoplie de services se basant sur le système GPS, parmi eux l’aide à la navigation des véhicules, pour particuliers et professionnels. Mais beaucoup d’autres sites ou agences offrent également de tels webservices de navigation.

Utiliser le GPS pour la navigation

Le GPS est au cœur de toute aide au guidage d’un véhicule. Que ce soit pour donner un itinéraire le plus court, un itinéraire alternatif, ou situer un véhicule sur une carte GPS. Actuellement, le système GPS est vraiment ouvert et mis à disposition du grand public. Pour les plus aventureux ou amoureux de la programmation, un api navigation est disponible en source libre, c’est-à-dire, un code téléchargeable gratuitement et modifiable par une grande communauté de programmeurs à travers le monde. Un api, de « Application Programming Interface », est une sorte de boîte noire dont on n’a pas besoin de connaitre le fonctionnement interne. C’est pour cela qu’on parle, en français, d’interface de programmation. Il faut juste savoir que cette boîte ou interface permet d’effectuer diverses opérations bien précises. Un document explicatif et pédagogique est toujours livré avec un api donné. Ainsi, l’API navigation permet de créer un programme pour son propre système de navigation personnalisé.

Programmer sa propre solution de navigation

La disponibilité de l’API navigationen source libre offre une grande plage de possibilité, à condition d’avoir une connaissance en programmation informatique. Cependant, l’écriture de certains programmes informatiques nécessite des fois l’utilisation d’outils spécifiques. Pour d’autres, un simple éditeur de texte est assez. Ces outils spécifiques regroupent généralement un éditeur spécialisé dans le langage de programmation utilisé, pour écrire le code, et un compilateur. Ce compilateur est nécessaire pour compiler le programme. Cela signifie traduire le code écrit et compréhensible seulement par l’homme, en un code que seul le système informatique comprend et qu’il peut alors exécuter en fonction des instructions données. L’ensemble de ces outils est appelé SDK, pour Software Développement Kit. En d’autres termes, c’est un kit de développement regroupant tout le nécessaire pour développer un programme ou logiciel. Propre à la navigation basée GPS, vous pouvez alors trouver plusieurs sdk navigation sur la toile. Certains sont payants, d’autres gratuits. Mais ne désespérez pas si le challenge vous semble impossible, de nombreuses institutions, ou de professionnels indépendants offrent de webservices de navigation. Ils peuvent vous développer votre propre système de navigation, taillé sur mesure, répondant à vos besoins. Entrez en contact avec eux et laissez-vous guider.

Le GPS utilisé pour la sécurité

Le système GPS est réputé pour l’aide précieuse qu’elle apporte pour la circulation en zone urbaine et citadine depuis une décennie. Il est implanté, en usine, dans les voitures modernes, dans les smartphones, dans les ordinateurs portables et divers autres objets du quotidien. Divers programmes et applications permettent l’utilisation du GPS dans ces récepteurs. Les plus courants sont les applications de type cartographique et navigateur. Mais moins connu du grand public, le système GPS peut être d’un grand soutien lors de perte ou de vol de votre bien. En effet, après avoir déclaré votre perte auprès des forces de l’ordre, ceux-ci sont autorisés à géolocaliser votre bien pour faciliter sa recherche. Toutefois, cette géolocalisation ne peut se faire que si le bien en question n’émette un signal GPS. Cela veut dire que le bien ne doit pas être éteint et connecté à internet, donc au satellite, s’il s’agit de téléphone ou d’ordinateurs portables. Pour les voitures, tant que la  puce réceptrice GPS est alimentée par batterie, ou qu’elle n’ait pas été enlevée par le malfaiteur, elles peuvent être détectées de loin. Les bateaux perdus peuvent également être repérés de la même manière.

Le futur du système GPS

Actuellement, le GPS est fortement concurrencé par « Galileo », un programme de positionnement par satellite développé par l’Union Européenne et totalement sous contrôle civil. Ce qui n’est pas le cas du GPS, qui est américain et contrôlé par l’armé. Avec une trentaine de satellites en orbite à 2000 km de la terre, il couvre toute la surface du globe. Le positionnement est ainsi beaucoup plus précis car au mètre près. La version commerciale de ce nouveau système a même une précision de l’ordre du centimètre. Face à cette puissante hégémonie de la concurrence européenne, le gouvernement américain annonce la mise en place de satellites GPS. Ces nouvelles générations de satellites sont dotées d’une nouvelle antenne récente. Cette antenne permet d’augmenter la puissance du signal sur les récepteurs GPS. L’envoi de données via cette nouvelle génération de satellite GPS est également beaucoup plus fiable et sécurisé. En effet, celle-ci dispose d’un meilleur système de cryptage, difficile d’intrusion. Le signal qui y est issu est aussi préservé des éventualités brouillages, que ce soit intentionnel ou par accident. C’est le système « anti-jamming ». De plus, les satellites nouvelles générations envoient un second signal, autre que le signal GPS principal. Cette fonctionnalité est exclusivement pour utilisation civile. Ce second signal permet alors d’utiliser le signal GPS sur plusieurs fréquences différentes. Cela laisse donc accroître le nombre possible de récepteur GPS. La télécommunication entre civils est alors rendue meilleure grâce à ce signal. La course au positionnement par satellite est encore très serrée aujourd’hui entre les États-Unis et l’Europe. Et grâce à l’avancée technologique, la qualité et la force des signaux envoyés depuis les satellites ne cessent d’augmenter. Il est juste propice que de telles technologies ne soient utilisées à des fins